header
ACCUEIL
KIRCHGEMEINDE BIELPAROISSE GÉNÉRALEPORTRAITRECHERCHE

Le deuil

L’Eglise réformée propose un bout de chemin et de réflexion en commun. Les personnes touchées par un deuil peuvent se faire accompagner, bénéficier d’une écoute attentive et d’un lieu de dialogue. Il est important de ne pas rester seul·e avec un deuil et tous les chamboulements émotionnels que cet événement douloureux provoque.

téléchargements

Brochure éditée par la paroisse réformée française de Bienne Brochure éditée par les Eglises réformées Berne-Jura-Soleure

Chaque deuil est en effet totalement différent et se vit différemment, également au sein d’une même famille. L’accompagnement spirituel par une personne disponible et extérieure à la situation est un bon moyen de ne pas se sentir seul·e.

Prendre contact avec une société de pompes funèbres de notre région qui possède la liste des pasteur·e·s en charge de ce ministère. Le pasteur ou la pasteure, averti·e par les pompes funèbres, pourra vous rappeler pour fixer un entretien et préparer ainsi avec vous le service religieux.

la cérémonie

Lors de la perte d’un être cher, outre le chagrin et les diverses émotions qui naissent chez les proches, toutes sortes d’interrogations font surface, sur le sens de la vie, sur la mort, sur l’humanité mortelle, sur ce qui vient après la mort, sur Dieu, et bien d’autres encore. Le temps de préparation de la cérémonie permet d’exprimer les émotions et les questions, d’engager le dialogue avec un pasteur ou une pasteure à divers niveaux, que ce soit humain, spirituel, pratique ou social.

La cérémonie elle-même – préparée avec le pasteur ou la pasteure – est une étape extrêmement importante dans le processus de deuil. Elle permet de prendre congé, de prendre acte du décès, et de commencer à « laisser partir » le défunt ou la défunte.

Cette démarche de préparer et de vivre une cérémonie funèbre dans un cadre d’Eglise n’est évidemment pas obligatoire, mais elle est recommandée. Elle peut amener une espérance, une ouverture vers la suite pour ceux qui restent, ainsi qu’un apaisement par rapport au défunt ou à la défunte. Lors d’une cérémonie funèbre, c’est l’Evangile de Jésus-Christ qui est transmis, Bonne Nouvelle de vie et d’amour, avec des mots choisis selon les convictions et les doutes exprimés dans la rencontre de préparation.

aspects pratiques

Dans la Paroisse réformée française de Bienne, les pasteur·e·s se répartissent des permanences. Les familles ont donc affaire avec le pasteur ou la pasteure de service. En cas de demande particulière, le dialogue est engagé et – dans la mesure du possible – le pasteur ou la pasteure sollicité·e accepte même s’il ou elle n’est pas en permanence à ce moment-là ; la priorité est donnée dans ce cas aux paroissien·ne·s engagé·e·s.

Vision Église 21