header
ACCUEIL
KIRCHGEMEINDE BIELPAROISSE GÉNÉRALEPORTRAITRECHERCHE
RefBEJUSO

CSP - Campagne sur la précarité de la classe moyenne

À l’occasion de leur campagne annuelle, les CSP de Suisse romande attirent l’attention du public et des autorités sur la situation de la classe moyenne inférieure en Suisse.

Avec des revenus parfois proches du seuil de la pauvreté, mais qui ne donnent pas droit à des prestations d’aide sociale, celle-ci est particulièrement vulnérable face aux coups durs de la vie. La campagne des CSP  rappelle l’aide concrète qu’ils apportent à ces personnes qui échappent au filet social. Elle dessine également des pistes pour diminuer certains facteurs de précarisation.

Avec un revenu mensuel brut minimum de 3'947 francs pour une personne seule et de 8'288 francs pour une famille avec deux enfants, la classe moyenne inférieure est particulièrement vulnérable face au moindre aléade la vie : un accident, une maladie grave, un divorce ou une perte d’emploi.  Malheureusement, la plupart des personnes qui sollicitent l’aide du CSP le font lorsqu’il est déjà trop tard : les problèmes administratifs et les dettes se sont accumulés, les problèmes familiaux ou de santé se sont aggravés. De fait, elles ont déjà basculé dans la précarité.

Le filet social déployé aujourd’hui ne prévoit pas beaucoup d’aides à cette tranche de la population qui vit au quotidien sur le fil du rasoir. À l’occasion de leur campagne annuelle, les CSP adressent un message - « Fin de l’histoire? À vous de voir» - au public, mais aussi aux autorités, afin qu’elles  n’oublient pas cette tranche de la population fragilisée. Il s’agit aujourd’hui d’éviter une polarisation plus marquée entre la classe moyenne supérieure et inférieure.

Vision Église 21